200 professionnels réunis au colloque du CCN

Publié le 10 Déc 2018 dans
colloque-2018

200 professionnels réunis au colloque connecté du Conseil des Chevaux de Normandie

Le CCN a frappé fort pour la 9ème édition de son colloque qui a eu lieu le 6 Décembre 2018, à l’hippodrome de Cabourg. Soutenu par la région Normandie, la ville de Cabourg ; et organisé en partenariat avec l’hippodrome de Cabourg – Le Trot et le Pôle Hippolia, une nouvelle formule était proposée aux 200 participants. Le concept proposé était inédit : permettre aux participants de découvrir et de tester les innovations, en situation réelle, grâce à la mise à disposition de la piste de trot, d’une carrière mais aussi des écuries.

La journée était ainsi axée sur les nouvelles solutions numériques pour la filière équine. Les tables rondes, ateliers et temps de pauses ont permis de nombreux échanges, entre professionnels, sur les différentes solutions et leurs apports pour la compétitivité des exploitations équines, le bien-être animal et l’environnement.

Des solutions d’avenir
Le colloque a bénéficié de la présence de 25 entreprises qui ont chacune présenté leurs innovations au service de la filière. Du suivi du cheval au repos aux outils d’aide à l’entrainement, en passant par l’analyse d’un parcours de saut d’obstacles avec la selle et les sangles connectées, les présentations s’adressaient à l’ensemble des acteurs du monde équin, qu’ils soient professionnels, amateurs ou étudiants.

Tout au long de la matinée, les différents intervenants ont échangé avec les participants lors de quatre tables rondes présentant des solutions numériques afin de simplifier la gestion de l’écurie, répondre aux enjeux économiques de la filière, faciliter le dialogue et simplifier l’accès à la formation et à l’emploi.

La matinée s’est conclue autour d’un buffet normand, permettant de découvrir les 20 exposants du salon du numérique et favorisant l’échange, maître-mot de cette édition cabourgeaise.

Un concept inédit
Le Conseil des Chevaux de Normandie proposait cette année un format innovant. Chaque participant a eu l’opportunité de profiter des ateliers en plein air : des démonstrations en direct des différents outils connectés présentés plus tôt ont animé l’après-midi. Ce concept fortement apprécié du public a permis de découvrir et tester les nombreuses innovations numériques répondant aux besoins quotidiens des professionnels.

Cette journée couronnée de succès nous donne un réel avant-goût du 10ème anniversaire du colloque du Conseil des Chevaux de Normandie qui nous attend l’an prochain… on a déjà hâte !

Brochure Colloque 2018

Téléchargez ici notre brochure en pdf.

Compte-rendu du Colloque du 6/12/2018:

Ouverture du Colloque « Transition numérique, pour qui, pour quoi, comment ? »

Le rôle du Pôle Hippolia est d’accompagner le développement des entreprises notamment dans le numérique.

Il existe un large panorama d’outils numériques qui sont des supports de l’information (pc, smartphone), pour décoder les données, les informations (des hardwares), pour diffuser les données (internet). Depuis 2010 ils deviennent plus connectés avec le monde, on parle alors d’Objet Connectés (IoT). Ils ont la capacité d’interagir avec notre quotidien. Cette intelligence artificielle est possible grâce à l’accumulation de données depuis des années via le Big Data.

Le progrès ne s’arrête là puisque l’on parle aujourd’hui de réalité virtuelle, augmentée pour immerger les personnes dans un univers entre le monde réel et des données virtuelles en temps réel. La robotisation et la mécanisation sont également en plein développement. Ce n’est pas forcément dans le but de remplacer l’humain mais afin de l’aider à lui donner plus de capacité, l’accompagner dans les tâches difficiles.

Quels outils numériques existent pour développer la filière équine :
Soutenir le développement économique par la communication, diversification, fidélisation, rentabilité (la location du camion non utilisé, en proposant des nouveaux services auprès des propriétaires, professionnels). C’est une source de revenu en plus pour la structure.
Faciliter la gestion de l’écurie en améliorant la sécurité (caméra), l’optimisation du temps de travail (réduction du temps d’alimentation), du bien-être et de la prévention (suivi du cheval), du confort de travail.
Objectiver le suivi des couples cavalier/cheval par l’apprentissage, la progression, la technique, les sensations.
Enrichir les évènements en fiabilité, émotions, attractivité, gamification

Ainsi, les outils divers et variés et les solutions nombreuses s’ouvrent peu à peu au monde du cheval pour aider les professionnels de la filière à vivre de leur métier avec encore plus de passion.

Les premiers résultats de l’étude, Où en est-on dans les exploitations équines, du Conseil des Chevaux en partenariat avec le Pôle Hippolia permettent de dresser un état des lieux du taux d’équipements numériques des professionnels, d’identifier les raisons d’achat et d’utilisation de ces équipements ainsi que les freins et leviers à leur achat et utilisation. Un premier entretien qualitatif a été mené suivi d’un questionnaire en ligne ont permis de récolter les données.

1) Équipement informatique et mobile

Les taux d’équipement de la filière en ordinateurs (80%) et tablettes (48%) sont similaires à la moyenne nationale, mais le taux en équipement de téléphone portable est bien supérieur pour la filière (90% ont un smartphone vs 73% en France). Pour 84% d’entre eux, ils utilisent leur smartphone pour se connecter à internet dans le cadre professionnel (mail, banques, etc.). Ainsi, plus un professionnel sera équipé d’outil télécom plus il pourra s’équiper en outils connectés et robotique.

2) Equipement en outils connectés et robotique

Parmi les professionnels enquêtés, 70%ne possèdent aucun outil connecté. Néanmoins les équipements les plus utilisés sont ceux liés à la reproduction. Les principales raisons qui poussent à l’utilisation des outils sont le confort de travail, de vie personnel et la technicité. À l’inverse les premiers freins sont le coût financier, le besoin et la difficulté à l’adapter à la structure.

3) Logiciels

Près de la moitié des professionnels enquêtés utilisent un logiciel de comptabilité et 31% un logiciel de gestion.

4) Plateformes de mise en relation

Environ 44% des enquêtés utilisent les plateformes de mise en relation (site d’achat-vente de chevaux, de matériel). Une corrélation est observée où plus les professionnels sont jeunes et plus ils utilisent des plateformes de mise en relation.

5) Accompagnement dans la mise en place de certains outils connectés

Pour ¼ des professionnels interrogés, ils souhaiteraient être accompagnés dans la mise en place de certains outils connectés tels que les logiciels, les caméras de surveillances et les outils de surveillances des prairies soit par la démonstration, le conseil et l’accompagnement. Les professionnels n’ont pas montré de frein bloquant particulier. Ils ne connaissent surtout pas les solutions et les prix. La mise en place d’action de conseil par la création d’une méthode d’audit neutre pour les conseiller avant leur achat et pour faire du référencement de l’offre existante sera la prochaine étape avant le déploiement d’action de communication et de démonstration.

Questions :
Audrey Aussibal : Les capteurs électroniques n’ont pas été présentés lors de la 1ère intervention mais ils sont bien présents sur le marché. La technologie est en constante accélération. Ce développement très important des technologies a suffisamment progressé pour être accessible aux professionnels de la filière équine. Ils trouvent aujourd’hui pleinement leur place au sein de la filière équine pour tout ce qui touche à la surveillance du bien-être du cheval, suivi des performances…

Un appel auprès des professionnels a été fait pour le lancement de l’écurie connectée au Haras du Pin. S’ils souhaitent participer au comité de pilotage, ils sont les bienvenus. En savoir plus

Tables Rondes

Sébastien Pesquerel, Equimondo – Le suivi de clientèle

Camille Straebler, Equidéclic – La santé du cheptel

Fanny Pierard, Ecovégétal – L’écurie active

Pascal Frotiée, Les écuries de Lisors – Témoignages

Sébastien Pesquerel : Equimondo accompagne les professionnels dans la gestion des écuries pour centraliser les factures, les soins des chevaux à destination des centres équestres afin de gagner du temps. Cette application accessible partout dans le monde, facilite la gestion de la cavalerie, l’organisation du planning des cours et stages.

Camille Straebler : Equidéclic est une entreprise spécialisée dans la filière équine sur l’activité de logiciel et la création de sites internet et d’applications. Gynébase, logiciel de gestion d’élevage assure le suivi complet de l’élevage tels que de tenir les registres d’élevage, la détention d’équidés, la facturation, le suivi de reproduction (gynécologique, gestion des étalons, centre de stockage des paillettes). Groomy est également une application mobile pour saisir toutes les données depuis le smartphone en temps réel pour un gain de temps réel.

Fanny Pierard : L’écurie active est une nouvelle gestion du cheval par lot en troupeau pour se rapprocher au plus près de son milieu naturel, tout en réduisant les contraintes de travail exigées par l’entretien de nombreux chevaux au champ. Néanmoins, chaque besoin du cheval est respecté et individualisé (distributeur automatique de concentrés jusqu’à 6 aliments différents), par la gestion du foin en quantité par cheval et de l’accès aux pâtures régulé automatiquement.

Pascal Frotiée : Utilisateur d’écurie active depuis 5 ans seulement avec deux personnes à temps plein, ils s’occupent de 50 chevaux. En plein hiver, lorsque les 50 chevaux sont tous stationnés dans la partie active, c’est-à-dire en sol stabilisé à proximité des bâtiments et des zones d’alimentation, nous mettons 3h pour réapprovisionner les automates et nettoyer les crottins. La prochaine acquisition sera un système de robot ramassant les crottins pour gagner 1h30 et ainsi pouvoir s’occuper d’autres choses.

Questions

Quel accompagnement pour l’utilisateur ?
Camille Straebler : Lors de l’achat d’un des logiciels, une formation pour l’utilisateur est toujours proposée. Ensuite un SAV est disponible toute la semaine en cas de problème rencontré par l’utilisateur.
Sébastien Pesquerel : Une courte formation est proposé et l’entreprise peut enregistrer les données pour le client si besoin.

Comment expliquez-vous qu’il n’y ait pas plus d’écurie active ?
Fanny Pierard : C’est un long projet à mettre en place, en moyenne 2 ans. Il existe une appréhension sur la gestion de chevaux en troupeau. Les questions récurrentes : Comment agir s’il y a des coupures de courants, comment intégrer un nouveau cheval ? Même si ce système est très modulable il ne s’adapte pas à tous les systèmes comme des écuries de commerce.
Pascal Frotiée : Le 1er frein est la méconnaissance du système. Mais ça commence à porter ses fruits. De la plus la pression des cavaliers sur les gérants peut aussi aider les centres équestres à sauter le pas. La problématique du bien-être les incite à se renseigner.

Des écuries actives pour quels types de chevaux ?
Willo Quanjer, témoignage : Propriétaire d’écurie active depuis 2 ans sur Saint-Lô, de nombreux types de chevaux sont présents : des équidés à la retraite mais aussi des chevaux d’école, de dressage, d’élevage…

Fanny Pierard & Pascal Frotiée : L’intérêt d’une écurie active n’est pas uniquement économique mais avant tout pour le bien-être. Nous ne perdons pas de vu qu’il faut rentabiliser l’établissement bien évidemment mais c’est l’axe du bien être qui est recherché.

Des aides pour financer un tel projet ?
Des aides existent au niveau de la Région, des Chambre d’Agriculture, de la MSA. Les régions peuvent donner des aides, si l’on montre la baisse de risques et de pénibilité du travail. Pour la Région Normandie, les écuries actives sont maintenant éligibles dans un dispositif général pour l’accompagnement du développement d’écurie en équipement pour améliorer le travail. L’investissement doit être de minimum de 10 000€. De plus le Label Equures augmente les chances d’être retenu pour bénéficier des aides.

 Albéric Valais, Team – La sélection génétique

Romain Levy, My Horse Family – Le financement participatif

Laure Goubet, Smart Jack – La gestion de vos chevaux en collaboration avec votre équipe

Aurélie Seguin, Adadamondadou – Témoignage

Albéric Valais : Team est un logiciel d’aide à la décision pour les éleveurs de trotteurs. L’indexation objective sort 1 fois par an. De nombreuses données génétiques sont disponibles mais à des différents endroits. Team est une base de données pour centraliser ces informations. Il est possible de faire une simulation de croisement et d’imaginer les types de phénotypes que l’on peut obtenir. Le classement en étoile permet de se positionner sur les ventes et ainsi réfléchir au croissement pour ne pas mettre un excellent étalon si la jument ne produira jamais un crack alors que d’autres au contraire il faut prendre le risque.

Romain Levy : Cette plateforme collaborative de financement participatif est dédiée au cheval. Un besoin commun entre les particuliers qui désirent acheter un cheval et les professionnels qui les produisent et la trésorerie. Le principe du partage collaboratif permet d’être plu serein financièrement pour l’éleveur et de pouvoir se faire plaisir avec des couts raisonnables pour les particuliers.

Laure Goubet : Smart Jack est une solution de management des écuries, du personnel et de la facturation. La mise en relation avec les prestataires de soin et les propriétaires facilitent les échanges. L’accès à toutes les informations d’activité et de santé des chevaux et le planning des équipes améliorent la gestion de l’écurie au quotidien.

Aurélie Séguin : Le blog Adadamodadou présente, sous différents supports comme des vidéos YouTube, des livres et des articles, des sujets en lien avec le cheval et la pratique de l’équitation. Monitrice d’équitation et propriétaire de centre équestre, l’idée du blog permet de diversifier les activités et de présenter du contenu varié pour les followers. Un livre est téléchargeable gratuitement afin de récupérer les adresses mails, pour ensuite leur proposer d’autres contenus plus personnel dans leur boite mail et d’acheter des produits dérivés.

Camille Petit, Equimov – Réservation en ligne d’un hébergement pour mon cheval

Stéphane Thien, Hippn’Go – Covoiturage équestre

Camille Traverse, Preppy Sport – Premier vide sellerie en ligne

Clémence Petit : Equimov est une plateforme de réservation en ligne d’hébergement pour le cheval (box, paddock, etc.) et du cavalier. L’annonce peut être déposée par Equimov si nécessaire. Le moteur de recherche avec filtre et la réservation et paiement en ligne sécurisé rend le site fiable et accessible. Des avis peuvent être laissés. De plus chaque écurie est vérifiée. Une collaboration avec le RESPE est menée pour surveiller les risques et foyer sanitaires.

Stéphane Thien : Première plateforme de covoiturage pour transporter son cheval, c’est un service de mise en relation entre l’offre et la demande. Un service de sur-assurance est proposé par l’application pour les chevaux transportés.

Camille Traverse : Premier vide sellerie en ligne sécurisé, il vous permet d’acheter et de vendre leur matériel d’équitation de manière simple et sécurisée. Si la gestion de la vente et l’envoi semble compliqué (emballer une selle, manque de temps), Preppy Sport s’en charge.

Questions :

 Qu’en est-il de l’assurance lors du transport des équidés par des tierces personnes qui ne sont pas les propriétaires du cheval ?
Stéphane Thien : La législation est contraignante pour le transport. Mais là c’est du transport partagé et c’est autorisé. Le site Hippn’Go assure tout cheval qui monte dans un van via la réservation par le site.

Compter vous en vivre ?
Camille Traverse : Oui nous pouvons en vivre, l’équipe est déjà en place.
Stéphane Thien : Les 3 présentations ont un business model qui devrait permettre d’en vivre.
Clémence Petit : On peut en vivre bien que ça ne se développera jamais pour devenir un GAFAM. Mais l’ouverture est possible vers l’international et scanner facilement le model à l’étranger pour s’ouvrir vers d’autres marchés.

Valérie Grand Chavin, Equi-Le@rning – Formation en ligne 24/24h et 7/7j  

Anne de Sainte Marie, Haras de la Cense – Premier MOOC français dédié aux connaissances sur le cheval

Camille Hébert, Lim Group – Evolution du métier de sellier

Leila Mehnane, Nowkey – Première application mobile d’analyse vidéo pour les sports équestres

Valérie Grand Chavin : Equi-le@rning met en place des formations en anglais adaptées au monde de l’équin. Proposé par l’université de Caen à destination des personnes souhaitant améliorer leur anglais professionnel et acquérir du vocabulaire spécifique équin.

Anne de Sainte Marie : Le Haras de la Cense est le 1er à mettre en place des MOOC dans la filière équine. Lors de leur stage ils rencontrent 3 types de publics différents (professionnel, amateur et néophyte). Ils viennent au stage du Haras de la Cense avec des attentes différentes. Hors peut d’informations peuvent être transmisses à chaque fois. L’idée fut de mettre en place des petites vidéos pour avoir les prérequis. Une fois la lecture des vidéos finies, un quizz est proposé pour récapituler les acquis et la possibilité de télécharger un certificat à la fin de la formation.

Camille Hébert : Lim France commercialise du matériel de sellerie pour la filière équine. CWD a particulièrement travaillé sur l’amélioration des techniques sur les selles et l’intégration du numérique. Les évolutions du métier de sellier sont nombreuses comme la découpe au laser, plus performante, offrant un gain de temps et un gain économique. L’évolution du numérique se trouve aussi au niveau du commerce avec la commande en ligne. Le numérique est aujourd’hui présent de la conception jusqu’à la réception de la selle.

Leila Mehnane : Nowkey, une a pplication d’analyse vidéo nécessaire au progrès du cavalier. Le cavalier est filmé lors de séances de travail. Ensuite, le coach, grâce au film, va pouvoir montrer les défauts de position du cavalier et l’impact sur le cheval de manière ludique. Mais avant de pouvoir faire ce travail, un film de qualité est nécessaire. lLapplication Nowkey apprend donc à bien filmer sur des exercices précis pour pouvoir pleinement exploiter les vidéos.

Questions :

Existe-t-il un outil permettant de mesurer le dos du cheval pour adapter et acheter sa selle sur-mesure ?
Camille Hébert : La commande de selle par internet est possible chez CWD, mais un commercial doit venir afin de l’essayer et de l’adapter au cheval. Il n’existe pas encore d’outil permettant d’adapter soit même sa selle à son cheval. Il existe des tapis capteurs de pression utilisés pour les recherches mais pas par les commerciaux. Cela verra peut-être le jour.

Valérie Grand Chavin : Des professionnels ont raté des postes importants car ils ne maitrisaient pas suffisamment l’anglais. Ces formations permettent de monter en compétences !

Anne de Sainte Marie : Le MOOC est destiné pour les professionnels futurs et actuels. Les questions viennent également de néophytes. Ce sont des questions empiriques, philosophiques et de bien-être. Ces formations permettent de donner des moyens de réponses aux professionnels de manière plus approfondie.

Ateliers démonstrations « Cheval & Objets Connectés »
Les activités de l’après-midi se sont déroulées sous forme d’ateliers thématiques.

Ateliers « sécurité, confort et Bien-être »

Atelier « Entrainement et suivi de la performance »

Crédit photo CCN

Revue de presse:

Annuaire
Actualités
carte-voeux-2019

Meilleurs vœux 2019

31 décembre 2018